Soins, éducation, prévention de l’équilibre alimentaire.

La démarche de soins étant la base de la formation, ceci est un outil fondamental pour l’aide-soignant afin de garantir une prise en charge optimisé du patient. L’administration de soins doit leur permettre de comprendre la situation de la personne soignée et de restituer l’intérêt des soins à réaliser, leur pertinence et leur efficacité. La difficulté n’étant pas la réalisation des soins mais plutôt la compréhension de leur intérêt (par exemple, la prise de tension artérielle régulière du patient, la réfection de certains pansements s’il est habilité à le faire…)

De même que le projet médical est lié à un principe scientifique, le projet de l’aide-soignant est lié aussi aux sciences humaines donc relationnel. L’aide-soignant doit donc connaitre la situation administrative et sociale de la personne à soigner. Cela passe par une éducation courtoise avec le patient qui renforcera le lien de confiance.

Pendant toute la durée du patient dans l’établissement, l’aide-soignant lui servira son repas aux heures précises tout en lui expliquant en détail le contenu du repas qui doit être en conformité avec le régime prescrit par le personnel médical compétent. Il installera le patient convenablement et l’aidera à le prendre en l’assistant du début à la fin du repas.

Dans le cas où le patient serait atteint d’un handicap lourd, l’aide-soignant installera le matériel pour la sonde d’alimentation et examinera attentivement le bon écoulement du passage du liquide nutritif. Pendant la surveillance, il observera la digestion du patient, le transit intestinal et s’il y a des vomissements, il appliquera les soins d’hygiènes nécessaire en se servant d’un gant pour nettoyer le patient. L’aide-soignant veillera surtout à la prise des médicaments à ingurgiter pendant les. Il doit organiser aussi la préparation de collations en fonction du régime de patient.

L’équilibre alimentaire est indispensable pour garder la forme du patient, en matière d’alimentation, les excès sont aussi néfastes que les manques et la contenance s’allier à la qualité. Notons que la nourriture du patient doit être variée autant que possible. Il se peut qu’à un certain niveau de dépendance du patient, il fasse de fausses routes, en d’autres termes qu’il avale de travers les aliments ou liquides, pour éviter ces désagréments l’aide-soignant doit l’installer en position assise ou semi-assise, pour boire il pourra utiliser une paille par exemple , pour les mets il faudra favoriser les plats à texture lisse et uniforme.